Messages des Messagèr(e)s du Féminin Sacré

MESSAGES INSPIRÉS ET INSPIRANTS DES MESSAGÈRES ET MESSAGERS DU FÉMININ SACRÉ

L’École Internationale du Féminin Sacré choisit de diffuser les textes inspirants qui éveillent en vous la dimension sacrée et divine du Féminin en vous. Ces textes sont écrits par des femmes et par des hommes qui utilisent leur sagesse, leur créativité, leur parole pour rayonner et manifester dans notre humanité la beauté, la puissance du Féminin Sacré.

Texte de Sylvie Leduc 

La femme que j’ai été, de celle qui est , et celle qui devient:

Femme absente aveuglée par ses croyances

Femme blessée flétrie par le poids du péché

Femme isolée cachée à l’ombre de son idéal

Femme séduisante au comble du vide

Femme en quête de liberté

Femme de performance au coeur endurcie

Sur un parcours de reconnaissance contaminée

À bout de souffle rêve la frontière de l’illusion

Terre blessée en quête de compassion

Trouve absolue dignité dans le regard du coeur à l’ouvrage

La dévastation cause de la honte , du doute et de la peur Trouve humilité dans la toute-puissance

Oui se redresser demande du courage

Dire non aux croyances qui abaissent

Apparaître dans sa différence pour y découvrir l’autre en tant qu’égal et non en tant que rival

Ce tenir debout là en pleine promesse de devenir

Enraciner au coeur de sa chair

Ancrer dans sa force à consentir au oui bienveillant

L’intime

Retrouver l’intime au coeur de sa chair

Ensemencer cette terre de la mémoire du devenir

Écouter l’écho , la résonance , la fréquence de l’authenticité qui offre à vivre la beauté,  la grandeur , la pureté , l’essence ,

le féminin.

La voie du corps un lieu de réconciliation et de co-création, dans un murmure, un plaisir  d’humanité ,

 un nouveau souffle de Joie

Texte de Julien Fihey 

Mon couple intérieur

1661582_535257936581495_1269001753_n Mon corps est une Demeure.
En moi cohabitent un homme et une femme.
Chaque jour, à chaque instant, ce couple cherche l’équilibre…
La femme qui vit en moi est consciente de ce que je suis profondément, de ma vraie Nature. Elle murmure à l’oreille de son homme les secrets de mon être : mes qualités, mes limites, mes envies sincères, mes aspirations…
Elle est reliée à tous les secrets du Vivant, sans notion de temps ou d’espace.
Elle sait.
L’homme qui vit en moi est à l’écoute de sa femme et exprime les connaissances qu’elle lui révèle.
Il sait comment adapter ce que je suis au monde extérieur car il est conscient de mon environnement et il a l’esprit d’analyse et d’adaptation.
Il agit.
Parfois, chacun d’eux oublie qu’il/elle ,n’est pas seul(e) à vivre dans cette demeure. Ils oublient parfois de se parler, ou choisissent de ne pas entendre l’autre.
Alors je ressens sans réussir à agir, ou bien j’agis sans savoir pourquoi, sans motivation profonde, sans respect pour ce que je suis réellement.
Mais lorsque tous les deux se retrouvent, se parlent et s’écoutent, j’accomplis de grandes choses car je suis relié à la Vérité, à ma Nature profonde. J’exprime et j’agis en conscience et en plein accord avec mon environnement.
Je suis sincère avec Moi-même, tout l’Univers s’accorde alors pour me laisser être ce que je choisis d’être.
Texte de Julien Fihey  publié sur la Page Facebook de Free Moon (6 février 2014)

Texte de Yael Catherine-Buk

Renaissance du féminin

renaitre-4323e

Renouveau
renaissance
Nous voilà les femmes en chemin!
Nombreux sont les cercles, festival et autres rencontres
du féminin

Comme des graines , des bulbes, endormis éclosent, éclorent , germent , poussent ,

Nous sortons de l’ombre
Nous re inventons ce que nous savions
la sororité est notre langage
Nous re dessinons
re modelons
affirmons
notre essence
notre lumière

Nous ne voulons plus d’autorité
sur nos courbes, nos âmes, notre essence, nos mots, nos maux, nos rêves , pleurs, songes , rires, nos amours, nos jardins..
de contrôle sur notre féminité

Adieu !

Cette renaissance
cette émanation
est le, notre cadeau pour nos, vos , vous

sœurs et nos filles de demain

Je suis une femme en chemin
Je soigne mon féminin
J’essaye de créer et partager avec toutes mes attentions et intentions
Mes lunes , mes soleils, mes désirs, mes amours , mes rêves , mes pages ouvertes sont ces graines que je sème

À vous toutes les femmes d’ ici et là
À vous toutes les sœurs de la terre et du ciel
continuons cette , notre voie!

Texte de Yaël (Publié le 26 Août 2013)

Texte de Nadine Delhaye

On me demande souvent « Qu’est-ce qu’une prêtresse, et que fait-elle ? »

Une explication simple serait de donner la définition du dictionnaire : « une prêtresse est une femme qui officie à des rites sacrés ». Même si cela reste vrai, en vérité, une prêtresse est et fait tellement plus. Elle sert les besoins spirituels de la communauté.

Il y a très longtemps, les prêtresses dans leurs communautés observaient attentivement les motifs et les rythmes de la Nature. S’accordant aux cycles de la terre, elles honoraient la Grande Mère en réalisant des rituels saisonniers sacrés. Les femmes, considérées comme des représentations de la Terre Mère, étaient profondément révérées, honorées et célébrées, car, comme la terre, une femme a aussi la capacité de faire grandir la vie en elle. Plus tard, les prêtresses romaines, grecques ou égyptiennes ont vécu dans des temples sacrés. Elles aussi adoraient la Grande Mère, la Déesse dans toutes Ses formes. En tant que prêtresses, elles servaient aussi les besoins spirituels de leurs communautés, et on les tenait en haute estime. De nombreuses hiérarchies et événements historiques se sont succédés. Bientôt, les hommes ont commencé à avoir peur du pouvoir des prêtresses, et leurs pratiques naturelles, spirituelles et mystiques ont été vues comme démoniaques. Leur puissance, grandement incomprise, fut considérée comme une force obscure qu’il fallait anéantir. Des milliers de prêtresses ont été persécutées, mises à mort pour leurs croyances et leurs pratiques spirituelles. Celles qui réussissaient à échapper à la mort fuirent leurs temples sacrés et se cachèrent sous terre.

Aujourd’hui, après une période de 2000 ans de patriarcat, une prêtresse des temps modernes émerge. Elle fait remonter dans le présent une sagesse ancienne et riche, qui intègre les enseignements spirituels passés à quelques ajouts personnels. En plus de son rôle de prêtresse, elle peut aussi avoir une famille et un travail conventionnel. Elle se tient dans une essence profondément tournée vers l’eau et la lune, et sa mission est d’aider à faire fructifier l’énergie vitale presque oubliée du Divin Féminin. Intuitivement, elle sait qu’un retour au matriarcat n’est pas nécessaire. Une prêtresse moderne dirige plutôt son énergie pour restaurer l’équilibre harmonieux et naturel entre les genres et Tout Ce qui Est. Tissant sont énergie fluide lunaire d’eau avec les énergies fixes du feu solaire masculin, elle aide à faire renaître l’Union Sacrée.

Les femmes qui choisissent de suivre le chemin de la prêtresse ont répondu à un appel intérieur profond. Provenant de l’intérieur, et entrant passionnément en résonance avec l’appel ancien de la Grande Mère, chaque cœur a, un jour, su avec une certitude absolue… oui, c’est cela… c’est la mission que je dois accomplir… la raison même de mon incarnation présente !

Avec courage et grâce, une prêtresse moderne voyage continuellement sur la spirale ascendante et descendante de la vie. Un profond travail intérieur est un devoir. Affronter, purifier, guérir les blessures passées lui permettent de se débarrasser énergétiquement de ce dont elle ne se sert plus, ou qui ne sert plus sa mission. Plonger dans les royaumes intérieurs… silences pour la réflexion, les prières, la méditation… lui permet de mieux « voir » et de « sentir » plus clairement sa vérité. Le travail et la persévérance sont récompensés. Bientôt, elle commence à se reconnaître comme une expression unique du visage de la Mère Divine. Elle apprend à valoriser et honorer vraiment sa propre féminité. Elle devient un vaisseau sacré, plus à même de porter l’espace sacré pour l’humanité.

Une prêtresse se consacre à servir la beauté, l’amour et l’esprit de toute vie. Elle apprend à s’accorder et à travailler de façon sacrée avec toutes les énergies, plus particulièrement celles de la Nature et des éléments. Comme la danse fluide du flux et reflux, la prêtresse travaille passionnément à élever la vibration de notre monde physique, en l’infusant avec le Sacré. Irradiant tout ce qu’elle est et fait, une prêtresse expérimente une immense joie quand elle effectue des cérémonies et des rituels inspirés par le divin. Souvent comparée à un chaman, elle est capable de se positionner entre les mondes visibles et invisibles, se tenant dans la vallée richement tendue entre ces deux dimensions.

Ainsi soit-il. Soyez Bénies !

Texte de Nadine Delhaye publié dans Terre des merveilles sur Facebook (23 septembre 2013)

Texte de Sylvie Bérubé (Lüna)

« Nous sommes liés les uns aux autres par l’inconscient collectif et le VENTRE DES FEMMES.

8060575316_1f163f0779_z

Il y a tellement de blessures dans l’histoire des femmes que l’inconscient se charge, de génération en génération, de véhiculer toutes les peurs et les blessures reliées au fait d’être féminin.

Il est important de les libérer et de retrouver les pouvoirs féminins qui sont aussi transmis par le ventre des femmes.

Le ventre peut s’assouplir et vibrer à la joie d’exprimer la nature féminine de son être. » Sylvie Lüna Bérubé

 

Texte de Patricia Lynn Reilly (traduction libre)

Original extrait de page : Wild Women Spirit Dance – Sisterhood
Merci à Yaël Catherinet-Buk pour publication initiale

IMAGINEZ UNE FEMME

IMAGINEZ UNE FEMME qui croit que c’est juste et bon qu’elle soit une femme.
Une femme qui honore son expérience et raconte ses histoires.
Qui refuse de porter les péchés des autres dans son corps et sa vie.

IMAGINEZ UNE FEMME qui a confiance et se respecte elle-même .
Une femme qui écoute ses besoins et désirs.
Qui y répond avec tendresse et grâce.

IMAGINEZ UNE FEMME qui reconnaît l’influence du passé sur le présent.
Une femme qui a traversé son passé.
Qui a guéri dans le présent.

IMAGINEZ UNE FEMME qui réalise sa propre vie.
Une femme qui exerce, initie et agit en son propre nom.
Qui refuse de se rendre sauf à son soi authentique et sa plus sage voix.

IMAGINEZ UNE FEMME qui nomme ses propres dieux.
Une femme qui imagine le divin à son image et à sa ressemblance.
Qui conçoit une spiritualité personnelle pour sa vie quotidienne.

IMAGINEZ UNE FEMME amoureuse de son propre corps.
Une femme qui croit que son corps est suffisant, comme il est.
Qui célèbre ses rythmes et cycles comme une ressource exquise.

IMAGINEZ UNE FEMME qui honore le corps de la Déesse dans son corps en changement.
Une femme qui célèbre l’accumulation de ses années et sa sagesse.
Qui refuse d’utiliser son énergie vitale pour déguiser les changements de son corps et de sa vie.

IMAGINEZ UNE FEMME qui estime les femmes dans sa vie.
Une femme qui s’assoit dans les cercles de femmes.
À qui l’on rappelle la vérité de sa nature quand elle l’oublie.

Imaginez-vous comme cette femme.

Texte de MAYA ANGELOU

qui est le mentor d’Oprah Winfrey, aujourd’hui elle a plus de 80 ans. C’est une femme extraordinaire de grand savoir et d’une très grande sagesse. Maya Angelou, de son vrai nom Marguerite Ann Johnson, est une poétesse, écrivain, actrice et militante afro-américaine née le 4 avril 1928 à Saint-Louis, Missouri (États-Unis). Elle est une figure importante du mouvement américain pour les droits civiques. Elle est devenue une figure emblématique de la vie artistique et politique outre-Atlantique où ses livres sont au programme des écoles. (Wikipédia)

Voici un poème qu’elle a composé.

UNE FEMME DEVRAIT AVOIR …
suffisamment d’argent à elle pour quitter la maison
et se louer un hébergement,
au cas où elle le souhaiterait ou en aurait besoin…

UNE FEMME DEVRAIT AVOIR …
quelque chose de parfait à se mettre sur le dos au cas où son employeur, ou l’homme de ses rêves
voudrait la rencontrer dans une heure…

UNE FEMME DEVRAIT AVOIR
une jeunesse qu’elle est heureuse de laisser derrière elle ….

UNE FEMME DEVRAIT AVOIR
un passé suffisamment juteux pour avoir hâte de le raconter durant son grand âge…

UNE FEMME DEVRAIT AVOIR
un tournevis, une perceuse sans fil, et… un soutien-gorge en dentelle noire…

UNE FEMME DEVRAIT AVOIR
une amie qui la fait toujours rire et une autre qui la laisse pleurer…

UNE FEMME DEVRAIT AVOIR
un beau meuble qui n’a pas déjà appartenu à une personne de sa famille…

UNE FEMME DEVRAIT AVOIR
huit assiettes assorties, des verres à vin sur tige,
et une recette en vue d’un repas
qui donnera à ses invités le sentiment d’être honorés…

UNE FEMME DEVRAIT AVOIR
le sentiment de maîtriser sa destinée..

TOUTE FEMME DEVRAIT SAVOIR
comment tomber en amour sans se perdre elle-même

TOUTE FEMME DEVRAIT SAVOIR
comment quitter un emploi,
rompre avec un amant,
et confronter une amie
sans gâcher l’amitié…

TOUTE FEMME DEVRAIT SAVOIR
quand il faut faire des efforts… et QUAND IL VAUT MIEUX PARTIR…

TOUTE FEMME DEVRAIT SAVOIR
qu’elle ne peut pas changer la longueur de ses jambes,
la largeur de ses hanches, ou la nature de ses parents.

TOUTE FEMME DEVRAIT SAVOIR
que son enfance n’a peut-être pas été parfaite, mais qu’elle est terminée…

TOUTE FEMME DEVRAIT SAVOIR
ce qu’elle est prête à faire ou non… pour l’amour ou autre chose…

TOUTE FEMME DEVRAIT SAVOIR
comment vivre seule… même si ça ne lui plaît pas…

TOUTE FEMME DEVRAIT SAVOIR
en qui elle peut avoir confiance
ou non,
et pourquoi elle ne devrait pas s’en tenir responsable…

TOUTE FEMME DEVRAIT SAVOIR
où aller…
que ce soit à la table de la cuisine de sa meilleure amie.
ou dans une charmante auberge au fond des bois….
quand son âme a besoin de paix…

TOUTE FEMME DEVRAIT SAVOIR
ce qu’elle peut accomplir ou non dans une journée…
dans un mois… et dans une année…

ENVOIE CE POÈME À toutes les femmes que tu aimes,
tu sauras que tu es vraiment aimée d’une femme qui auras pensé à toi en t’envoyant ce poème…
et qu’elle ne te souhaite que le meilleur
dans la vie…
ET RAPPELEZ-VOUS CECI :

LES BONNES AMIES SONT COMME LES ÉTOILES.

ON NE LES VOIT PAS TOUJOURS,

MAIS ON SAIT TOUJOURS QU’ELLES SONT LÀ !!!

Qu’est ce que le « Féminin Sacré » ?

(Ou le féminin divin – « divine feminine » en anglais).

C’est la véritable essence féminine. Pas la féminité comme on tente de la définir avec les critères précédemment cités. Tant que la femme n’est pas dans son féminin sacré, elle ne peut être pleinement heureuse, épanouie, détenir sa pleine puissance et surtout être LIBRE.
L’énergie féminine c’est la force féminine créatrice divine. L’énergie féminine c’est la Lumière, l’Amour, la Beauté et la Compassion infinie pour tout être vivant. Nous avons tous en nous (femmes et hommes), une part d’énergie féminine et d’énergie masculine, chacun dans des proportions différentes. Chaque individu doit honorer et cultiver sa part d’énergie féminine au maximum, car c’est cette énergie qui pourra réellement remplacer et évincer les vieux modèles destructeurs de notre société et religions actuelles. De plus en plus de femmes à travers le monde comprennent que ce système ne leur convient pas, ressentent qu’elles ont besoin d’exprimer leur véritable essence, et ne souhaitent pas rentrer dans ces schémas qui n’honorent pas la femme telle qu’elle le devrait. Beaucoup d’hommes se réveillent à leur masculin sacré et ne souhaitent pas encourager, eux non plus, ce modèle, ne souhaitant plus avoir honte d’être sensibles ou de vouloir faire le bien, et d’utiliser leur force pour aider et pour protéger, non pour abuser ou détruire.
Comment être dans son féminin sacré ?

8 caractéristiques de la femme qui est dans son féminin sacré :

1) Elle a compris que sa valeur n’avait rien à voir avec sa sexualité. La femme qui n’est pas dans son féminin sacré pense que sa valeur ne réside que dans ce qui se « voit » à l’extérieur, son physique, sa popularité, la mode, son succès et son argent ou celui de son partenaire. Elle se doit en permanence de plaire sinon elle a l’impression de ne pas exister. Sans le regard validateur des hommes (n’importe lesquels, puisqu’elle ne fait même pas de sélection), elle est incapable de vivre ni de s’aimer. Seule sa sexualité détermine sa valeur.
La femme qui est dans son féminin sacré a compris qu’elle seule pouvait se définir. Elle a bien compris que sa valeur n’avait rien à voir avec le fait d’être attirante sexuellement pour le sexe opposé ou non. Elle a simplement envie de l’être quand ELLE en a envie elle-même, et non pas parce que c’est sa seule façon d’être approuvée et donc « aimée ». Elle n’a pas envie d’être enfermée dans cette prison qui est de devoir être en permanence désirable pour le sexe opposé, auprès de tous et même d’hommes avec qui elle ne voudrait jamais être. Elle a compris qu’une femme qui entre dans ce jeu en sortira forcément victime un jour. Elle est au contraire une femme libre.

2) Elle ne souhaite pas être en compétition avec les autres femmes. La femme qui n’est pas dans son féminin sacré est dans la compétition permanente avec les autres femmes, en particulier si des hommes sont en jeu. Si c’est le cas, elle n’hésitera pas à se ranger du côté des hommes, n’hésitant pas à humilier d’autres femmes, et à se sentir supérieure simplement parce qu’un homme la préfère à une autre. Encore une fois, sa valeur n’est déterminée que par l’attention des hommes envers elle, peu importe la qualité de cette attention.
La femme qui est dans son féminin sacré ne souhaite pas être en compétition avec les autres femmes, mais est au contraire tournée vers le fait de les aider et de les soutenir. Elle n’hésite pas à partager ses vulnérabilités pour encourager ses « soeurs femmes », les conseiller et les aider à elles-aussi évoluer en tant que femme et tout simplement en tant qu’être humain dans ce monde. En cas de conflits, elle sait prendre la défense des femmes, même si le regard des hommes est en jeu.

3) Elle ne rejette pas ses qualités féminines par peur de perdre son pouvoir et au contraire les cultive. La femme qui n’est pas dans son féminin sacré pense que pour se faire respecter, elle doit devenir comme les hommes, et donc par conséquent rejette volontairement toute qualité de son essence féminine. Soit elle rejette même toute forme de féminité physique (cheveux longs, maquillage, robes, etc), soit elle n’a plus justement que la féminité physique, souvent même exagérée (aboutissant parfois à la vulgarité), mais avec une absence de féminité intérieure. Elle recherche les rapports de force, elle rejette la sensibilité, elle prend le fait de s’occuper des autres comme une soumission ou une faiblesse de caractère, elle confond sensualité et vulgarité, et elle fait tout pour se rapprocher au maximum du comportement masculin, pensant que c’est ainsi qu’elle va récupérer son « pouvoir ». Ainsi, elle est bien souvent dans le conflit, les relations de force, et l’échec dans ses relations, pensant que s’endurcir encore plus est la solution, après chaque « déception » qu’elle vivra. Elle vit dans la résistance ce qui l’empêche d’acquérir toute forme de paix intérieure et d’harmonie dans sa vie.
La femme qui est dans son féminin sacré cultive ses qualités féminines qui font son essence même. L’énergie féminine comporte, entre autres, les qualités suivantes : la compassion, la sensibilité, l’écoute, l’empathie, la douceur, l’intelligence émotionnelle, la sensualité, la recherche de l’harmonie, la créativité, la capacité à soigner, à prendre soin de, à s’occuper des autres. Elle est fière de ces qualités et ne cherche pas à les rejeter. Elle ne cherche pas à devenir comme les hommes. Elle a bien compris que le pouvoir ne résidait ni dans la force physique, ni dans la force de la voix, ni dans la manipulation, mais dans la paix intérieure, l’harmonie intérieure, la confiance, l’Amour, et la liberté.

4) Elle se préoccupe de son impact sur le Monde. La femme qui n’est pas dans son féminin sacré ne se préoccupe pas de l’impact négatif qu’elle pourrait avoir sur les hommes, sur les autres femmes, sur les enfants, et sur le monde. Elle vit au jour le jour et ne recherche que la validation extérieure et la gratification instantanée. Elle ne pense pas aux conséquences de ses actes, auprès des enfants qui la regardent, des hommes qui la regardent, ou des autres femmes qui la regardent. Elle ne pense qu’à elle-même, contrôlée par son égo. Elle n’a pas compris qu’elle faisait partie d’un tout et donc que tout ce qu’elle faisait agissait sur le reste du monde. Elle n’a pas de valeurs, pas d’intégrité, elle saisit la moindre occasion pour plus d’attention ou de succès extérieur, on peut facilement la corrompre et l’influencer, tant qu’on lui promet plus de succès et d’attention.
La femme qui est dans son féminin sacré, a compris le pouvoir de son énergie féminine, son pouvoir guérisseur, son pouvoir de transformation auprès des hommes, et donc son pouvoir de transformation du Monde. Elle a compris que c’est uniquement avec l’Amour, l’écoute, la compassion, et l’empathie, que l’Homme pourra évoluer, et ainsi, le Monde. Elle a des valeurs, est intègre et incorruptible. La femme qui est dans son féminin sacré a compris l’impact qu’elle pouvait avoir sur les hommes de sa vie et sur les hommes en général qui croiseront son chemin, sur les enfants qui la regarderont et sur toutes les personnes qui l’entoureront, raison pour laquelle elle a décidé d’avoir l’impact le plus positif qu’il soit… « Toute âme qui s’élève, élève le Monde » (Gandhi), raison pour laquelle elle veut ainsi rayonner l’Amour et la lumière, pour transformer en lumière tout ce qu’elle croisera et impacter positivement tout ce qu’elle touchera de ses mains…

5) Elle n’a pas besoin du regard des hommes pour aimer son corps. La femme qui n’est pas dans son féminin sacré est victime de la société et est souvent en combat avec son propre corps, recherchant sans cesse la perfection. Elle reproduit ce qu’elle voit dans les médias ou « ce qui plait aux hommes », en se mentant souvent à elle-même, ou alors en s’étant tellement identifiée à ces codes de conduite qu’elle s’en est même totalement oubliée. Elle ne sait plus qui elle est, sans le regard des autres ou sans les modes.
La femme qui est dans son féminin sacré aime son corps et n’a pas besoin de la validation des hommes pour s’aimer. Elle a compris que son corps était son temple sacré, qu’il fallait le mériter pour qu’elle laisse quelqu’un y entrer, et qu’elle ne souhaite pas être définie par des modes ou des codes de société. Sa beauté est avant tout intérieure, et elle n’a pas peur d’exprimer également qui elle est réellement et ses propres goûts à travers son physique et son style, représentatif de la propre image personnelle qu’elle se fait de la femme qu’elle veut être.

6) Elle recherche l’alliance avec le masculin sacré et a compris le but spirituel des relations amoureuses. La femme qui n’est pas dans son féminin sacré, est attirée par les hommes qui ne sont pas dans leur masculin sacré. Puisqu’elle ne se respecte pas elle-même, elle n’attire à elle que des relations avec des hommes qui ne la respectent pas non plus. Dans cette course effrénée à la validation extérieure, elle se perd, s’abîme, se déchire, se terni, bien souvent en rejetant la faute sur les autres, sur « les hommes », n’ayant pas compris que tant qu’elle ne changera pas sa vision d’elle-même et de la femme, à l’intérieur, elle ne pourra pas manifester d’autres réalités pour elle…. La femme qui est dans son féminin sacré a une vision très précise de l’homme qu’elle veut à ses côtés, et n’est pas d’accord pour se rabaisser à accepter moins que ce qu’elle mérite. Dans l’absolu, elle n’a besoin de personne pour se sentir complète, elle a ses propres passions, son propre monde, mais dans sa parfaite harmonie intérieure, elle souhaite s’allier à l’énergie masculine sacrée, afin de donner naissance à une union puissante entre deux êtres tous deux désireux de monter l’autre vers le haut, vers l’évolution mutuelle et l’extase physique, émotionnelle et spirituelle.

7) Elle est spirituelle et recherche la constante évolution. La femme qui n’est pas dans son féminin sacré ne fait pas de travail intérieur et n’est pas éveillée spirituellement. Elle n’a pas conscience qu’elle fait partie d’un tout, dans cet univers peuplé de millions d’autres planètes. Elle vit dans une illusion, ne mettant pas ses priorités et centres d’intérêts à ce qui pourrait au mieux la servir et servir le Monde. Plus les années passent, plus elle devient ternie, sa beauté intérieure n’ayant jamais été cultivée, le poids des années se font sentir, et la lumière interne inexistante ne peut malheureusement pas illuminer son visage et son corps éteint. Son désespoir et sa frustration grandit, elle blâme les hommes et la société, sans savoir que nous sommes tous responsables de la réalité que nous nous créons.

8) La femme qui est dans son féminin sacré a conscience de sa place dans le monde, de son rôle et de son impact. Elle est en progression et remise en question permanente. Elle se pose des questions sur la vie et cherche continuellement à devenir une meilleure personne, chaque jour qui passe. Sa beauté intérieure rayonne chaque année de plus en plus, étant donné qu’elle devient de plus en plus sage. Même en vieillissant, sa beauté continue de transparaître, car la beauté est avant tout énergie, et cette énergie invisible est avant tout intérieure, chose qu’elle a bien compris. Il s’agit de la beauté du coeur, de l’amour, de la compassion, et de la douceur. Sa lumière continue d’illuminer chacun et le Monde, même si elle n’a plus les mêmes attributs physiques que dans sa jeunesse, son pouvoir n’est pas diminué, au contraire, elle continue d’inspirer à travers son infinie sagesse et lumière.

Sourcehttp://lauramarietv.com
Illustration : Purple Goddess, de Michelle Rogers

 

Merci à toutes ces messagères et messagers du Féminin Sacré