Bandeau_SylvieB_Site_logo

FÉMININ SACRÉ – DANS LE VENTRE D’ÈVE

 BLOGUE, Dans le ventre d'Ève, Livres, LIVRES ET CARTES

DANS LE VENTRE D’ÈVE

À la rencontre de sa puissance créatrice

1006181_10151639640478260_1776439252_n

Aimez-vous votre ventre? Est-il trop gros, trop mou, trop dur, vide, plein, douloureux? Quels sont ses mots et ses maux?

Pour toutes sortes de raisons, de croyances culturelles, d’esthétisme, de mode, les femmes ne veulent pas avoir de ventre, elles le cachent ou le durcissent. Elles bloquent l’énergie vitale de cet espace sacré en elle. Les temps changent, car la mode à ce jour est en train de remettre en valeur le ventre des femmes. Plusieurs jeunes femmes n’ont plus aucune pudeur à montrer leur nombril.

Plusieurs chercheurs en médecine se préoccupent davantage de la santé du ventre. Selon Pierre Palardy, auteur du livre « Et si ça venait du ventre? » , une grande majorité de maux (fatigue, dépression, maux de dos, insomnie, etc.) prennent naissance dans le ventre. Il l’appelle le deuxième cerveau. Il croit même que l’immunité part du ventre, et il préconise l’importance d’un ventre en santé. Des études scientifiques y ont du reste découvert tout un réseau de neurotransmetteurs, molécules identiques à celles de l’autre cerveau.

Le Dr Ghislain Devroed a écrit un excellent livre  « Ce que les maux de ventre disent de notre passé » pour toutes les femmes qui ont des maux de ventre :, Petite Bibilothèque Payot. Il fait des liens entre le ventre et la relation avec sa féminité et se sexualité.

Dans une société qui surutilise le mental, le centre de la gravité du corps se déplace vers le haut, et on se coupe alors de ses racines terrestres et de sa puissance physique. L’attitude face au ventre est davantage dictée par la mode et le souci d’une belle apparence. Les culturistes travaillent leur musculature de l’extérieur en visant un modèle physique idéal qui n’a rien à voir avec la santé. Les femmes veulent ressembler à ces mannequins qui nous présentent des corps d’enfant ou d’adolescente. Il serait important que la société nous présente de belles femmes épanouies dans leur féminité et leur sexualité.

Le souci d’un ventre plat et dur fait preuve d’une absence de conscience. Pour ma part j’encourage les femmes à avoir un ventre souple et moelleux, où l’énergie de vie et la puissance créative circulent fluidement.

En Orient, les Japonais, par exemple, valorisent l’importance d’avoir un ventre rempli d’énergie vitale, de force intérieure. Ils mettent davantage l’accent sur le corps, sur l’importance de maintenir un ventre fort (force du hara) et en santé plutôt que de nourrir le mental comme le font davantage les sociétés occidentales. Le hara est la région abdominale, en bas du nombril qui représente le centre d’énergie vitale qui apporte force et courage. Pour ces Orientaux, il est impossible d’accéder à des niveaux supérieurs sans d’abord solidifier ce centre d’énergie vitale, centre de gravité qui représente le centre de la Terre.

Un hara ou un ventre sain et fort se manifeste corporellement. Il se sent et se voit, par la position du corps, par la démarche et par les attitudes intérieures et extérieures. La force d’un ventre sain exprime le calme et la sérénité et implique nécessairement une relation avec la Terre. L’image du guerrier pacifique représente bien cette force tranquille : un individu dans lequel le pouvoir se situe plus dans la souplesse du corps et de l’esprit que dans la force physique. Le hara est le deuxième centre d’énergie (chakra) important du corps, celui de l’action juste.

Le ventre est le siège des pouvoirs intérieurs.

Dans le ventre des femmes, il y a beaucoup de peur, de honte, de culpabilité, d’impuissance, de désespoir, de tristesse, de colère, de contrôle, d’insécurité. D’où l’importance de libérer les mémoires qui le hantent. Il y a nécessité et urgence d’alléger ce ventre et de l’assouplir. Celui-ci se doit d’être souple car il est le siège de leur puissance de Vie et de leur créativité.

Il est possible de libérer les émotions de son ventre pour retrouver sa puissance créatrice et ses grands pouvoirs féminins.

 Le ventre contient des organes importants, je dirais même sacrés, particulièrement ceux liés à la création, ovaires et utérus, mais aussi ceux liés à l’élimination, les intestins et les reins. Psychiquement, nos tripes sont liées à la capacité de laisser aller le passé, de se libérer de ses mémoires. Si on retient, on constipe. Le ventre de la femme contient le compost de la Terre. Je m’explique: Le ventre de la femme est un laboratoire alchimique qui a la capacité de transmuter la souffrance en Amour. Comme si le ventre était utilisé pour créer un compost avec la souffrance et transformer le tout en amour en le remettant à la Terre.

Le ventre peut transcender, transformer la souffrance en légèreté afin d’intégrer toutes les mémoires de l’humanité pour développer plus de pouvoirs, de conscience, d’amour et de sagesse pour les générations futures.

Lorsque la femme est pénétrée dans son temple (utérus), avec respect et honneur, sa terre est moissonnée, labourée, prête à accueillir de nouvelles semences, et l’orgasme joue son rôle de purifier les mémoires de cette Terre, vivifier les cellules du ventre et amener une légèreté de l’être.

Nous sommes tous passés par le ventre d’une femme pour naître à la vie, hommes et femmes. Nous avons tous vibré dans le ventre de notre mère à ce qu’elle vivait (situation avec le père, avec sa famille, sa situation financière), à ce qu’elle ressentait (joie, amour, peur, tristesse, colère, rage, honte, culpabilité), à ce qu’elle pensait (d’elle-même,du bébé à venir, des hommes, des femmes, de la Vie).

Comme notre histoire à tous a commencé dans le ventre de notre mère, nous pouvons nous interroger à son sujet : Quelle est l’histoire du ventre de notre mère ? Que portait le ventre de votre mère au moment de votre création ? Quelles mémoires y étaient logées ? Est-ce que le ventre de votre mère était hostile ou accueillant ? Quelles étaient les pensées, les émotions, l’état physique de votre mère ?

Cela permet de comprendre dans quel contexte vous êtes venu au monde. Aussi, dans quel environnement avez-vous été élevé ?Quelles étaient les croyances que les hommes et les femmes de votre famille avaient sur les femmes, la féminité, le ventre ? L’enfant dans le ventre de sa mère capte vibratoirement toutes les sensations physiques, émotions et pensées de sa mère. Les mémoires de toutes les femmes sont ainsi transmises de génération en génération à travers le ventre. Par le cordon ombilical reliant votre propre ventre au sien, il s’est établi un lien physique et psychique entre vous et elle.

Quelle est l’histoire de votre ventre ? Comment parle-t-il de votre utérus, de vos ovaires, de votre sexualité, de votre créativité, de votre féminité, de vos mémoires ?

L’histoire de mon ventre a commencé à 20 ans. Les mémoires de blessures reliées à ma féminité ont commencé à s’activer dans mon corps. Celui-ci me demande, sans que je le sache à ce moment-là, de m’occuper de libérer ces mémoires. Je me rappelle avoir dit : «Je porte les souffrances de toutes les femmes dans mon ventre !» J’y rencontre d’abord la difficulté de vivre la relation avec ma mère. C’est la raison de ma première thérapie. Ce travail sur moi-même m’amène à couper le cordon ombilical de la relation mère-fille. Ensuite, apparaissent différents malaises dans mon ventre : col de l’utérus irrité, infections à répétitions, peur d’accoucher, césarienne, libido faible, kystes sur ovaires, hystérectomie, etc. Je me souviens très bien d’avoir rentré mon ventre pour le cacher !

Dans le ventre de toutes les femmes se logent leurs peurs, leurs blessures mais aussi leurs pouvoirs. En guérissant ses blessures, en se libérant de ses mémoires, la femme retrouve ses pouvoirs et la force de son ventre. Le ventre est la région du corps où se situent les organes reliés à la reproduction, à la sexualité, à la créativité, à l’énergie féminine, à la puissance intérieure. Le ventre devient ainsi un temple sacré, un réservoir d’énergie vitale.

Le ventre de la femme a besoin de plus de souplesse et de légèreté, de joie aussi. Voilà pourquoi la femme aime danser, faire bouger son ventre. Elle se libère dans le mouvement. Dans mes séminaires, j’offre différents moyens pour guider les femmes à libérer leur ventre et retrouver toute cette douceur, cette souplesse, cette joie d’être une femme avec ses nombreux pouvoirs. Le ventre des femmes témoigne de la relation qu’elles ont avec leur féminité.

Suggestions

– Se créer des « rendez-vous doux » des moments de pause, des temps d’arrêt qui permettent de se rencontrer dans sa féminité en expérimentant la douceur.

– Retrouver la souplesse de son ventre en libérant le corps des cuirasses qui surprotègent le « Féminin Sacré»; se permettre de « Naître à sa féminité » par la Méthode de Libération des Cuirasses MLC© (une approche globale du corps qui utilise le mouvement d’éveil corporel, la libération des croyances sur la féminité) et aussi par la danse, le dessin, le travail sur les images intérieures.

– Libérer l’inconscient des mémoires karmiques par l’Intégration mémorielle afin de se libérer de ses nombreuses peurs et de retrouver la joie d’être une femme avec tous ses pouvoirs et la force de son ventre.

Cette démarche de « Naître à sa féminité, naître à ses pouvoirs féminins » conduit à cette souplesse et cette légèreté tant désirées du corps, du cœur et de l’esprit, permettant ainsi à la féminité de prendre plus de place en soi.

Libérer les femmes de leur passé est un grand service à rendre à l’humanité. C’est toute l’humanité qui est aujourd’hui en voie de recouvrer sa féminité, ses pouvoirs féminins. Il faut mourir au passé pour renaître au présent et devenir créateur d’un futur plus fraternel entre les humains. À travers le monde, un grand  mouvement de sororité et de fraternité agit en profondeur lentement mais surement.

Sylvie Bérubé est:

L46K1-S5K8FS9_vis5_1134.picardn.167

Auteure des Livres :

DansLeVentreEve-5

 

livre dans le ventre de luna de Sylvie bérubé

 

–        Dans le ventre d’Ève, à la découverte du Féminin en soi, Guy Trédaniel éditeur (VEGA) 2012

–        Dans le ventre de Lüna, l’appel du Féminin sacré sur la voie du corps, Christian Feuillette éditeur, 2012

 

 

Comments are closed.